Le lien père-enfant

Nous le savons, le lien d'attachement parent-enfant sécure et bienveillant permet le bon développement de l’enfant au travers de l’estime qu’il a de lui-même et des autres. La disponibilité et l’investissement du parent auprès de l’enfant sont indispensables à la création de ce lien fort.

On parle beaucoup du lien mère-enfant qui se crée pendant la grossesse, qui se développe à l'accouchement et qui se fortifie ensuite. Mais cette théorie initiale centrée sur la mère s’ouvre aujourd’hui au père qui souhaite prendre sa place.

Ce lien père-enfant est-il différent? Comment se met-il en place? Et quelles sont les spécificités de ce lien chez les pères « kangourous » ? C'est ce que je vous propre de comprendre dans cet article.


1. Un autre pas comme les autres


Jean le Camus évoque ce lien spécifique dans son ouvrage Le rôle du père dans le développement de l’enfant. il nous dit que « le père "précoce" ne saurait être conçu seulement comme tiers, agent séparateur de la dyade originelle, ou bien seulement comme partenaire proche et affectueux, secondant la mère ou pouvant aller jusqu'à la remplacer dans les soins dits de maternage mais comme étranger intime. Le père est cet autre au statut paradoxal d'agent de défusionnement et de figure d'attachement, un autre-que-la-mère certes, mais un autre-pas-comme-les-autres ». Valéria Lumbroso a réalisé en 2008 un documentaire sur ce sujet en interrogeant Stéphanie Missonnier, maître de conférences à Paris X, Nanterre. Ce dernier nous donne son point de vue sur la création du lien « pas-comme-les-autres » : « On va avoir le papa macho traditionnaliste, on va avoir le papa poule et on va avoir, ce qui existe de plus en plus, des papas qui ont trouvé finalement un juste milieu qui se situe entre être un passeur d’autorité et être un contenant tendre sans être pour autant assimilable à une mère qui apporte les spécificités de sa féminité et de sa maternité ».

Il précise que « c’est dans les situations de jeu et d’apprentissage que le père va imprimer une marque dans laquelle l’enfant va puiser les ingrédients pour bâtir son style d’attachement ».

2 Un style d'attachement particulier


On nous dit là, qu'il existe un "style d'attachement" différent entre la mère et le père. Mais quelles sont ces différences et en quoi le jeu et l’apprentissage permettent-ils la création de ce lien ? Fabien Bacro, maître de conférences à l’Université de Nantes en faculté de Psychologie a effectué des recherches sur les relations d’attachement aux parents dans le souci du bien-être et la qualité de vie de l’enfant. Il a rédigé un article dans le magazine « Cahier de la puéricultrice » relatant une étude sur les différences entres les pères et les mères en présence de leurs enfants.



2.1 Jouer pour apprendre à se dépasser


Il dit que « lorsque les pères jouent avec eux, c’est davantage à des jeux physiques et tactiles ». Cette étude montre que les pères utilisent moins d’objets pour jouer que les mères. « Lorsqu’ils les utilisent, c’est souvent pour taquiner leurs enfants, c’est-à-dire contrarier leurs activités ou leurs attentes. Pour Florence Labrell, psychologue, ces “taquineries” seraient favorables au développement intellectuel des enfants dans la mesure où elles les poussent à se surpasser pour atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés ». L’étude montre également que les pères sont des partenaires de jeux plus exigeants que les mères. En effet les pères, dans le jeu avec leur enfant « fournissent moins d’aide que les mères et les poussent davantage à réussir par eux-mêmes ».


2.2 Un langage particulier

Il existe également une différence dans l’approche du langage entre les pères et les mères, l’étude note que « les pères utilisent davantage de mots différents et ils leur demandent plus souvent que les mères de clarifier leurs propos ou de reformuler leurs phrases ». Le père favorise par ce biais le développement du langage, la compréhension et l'expression de l'enfant.


3. Le père, une ouverture au monde


Nous savons que l'enfant apprend en expérimentant et en jouant. L’approche bien particulière du père dans les moments de jeu aident l'enfant à s'ouvrir au mon extérieur, à se dépasser et à prendre confiance en lui.

Dans ce même article, F.Bacro cite Daniel Paquette qui note que grâce aux jeux, l’enfant développe une « relation d’activation » avec son père. Cette relation aurait alors pour principale fonction d’ouvrir l’enfant au monde extérieur en lui apprenant à faire face aux dangers. Les pères aident les enfants à « prendre des risques en explorant de nouveaux objets, en s’approchant des enfants qu’ils ne connaissent pas, ou même en se mesurant à eux dans des jeux ou des activités physiques ». Il insiste sur le fait que le développement de ces compétences serait nécessaire pour que l’enfant s’adapte au monde extérieur.


Conclusion


Au travers de cet article, j'ai souhaiter vous révéler les particularités du lien père-enfant trop peu mis en avant. Cet attachement pourtant si fondamental dans le développement de l'enfant. L'attachement singulier du père avec son enfant complète le lien mère-enfant en lui apportant une ouverture au monde extérieur grâce au jeu et à son langage. Aujourd'hui le père porte, il prend soin, répond aux besoins de son enfant. Il me semble nécessaire que les pères aient conscience de l'impact particulier qu'ils ont sur leur enfant.

A la maison, papa et moi n'avons clairement pas la même manière de jouer. Mais c'est indiscutable, les éclats de rire à en perdre sa respiration, c'est avec son papa que Joséphine les manifestes le plus! Si vous avez envie de moments de jeu endiablés de Joséphine et son papa c'est sur Instagram que ça se passe! @aulitjosephine

Valoriser les compétences parentales du père, voilà mon objectif. Je compte bien insuffler cette valeur au sein de mes ateliers et consultations. Alors les papas, vous en dites quoi?

  • Noir Facebook Icône

©2019 par Au lit Joséphine!. Créé avec Wix.com