Faut-il porter les bébés?

"Tu le portes trop... Il ne voudra plus se décrocher de toi..."

"Tu vas lui donner de mauvaises habitudes!"

Le temps de la grossesse apporte son lot de remaniements physiques et psychologiques, mais avec lui vient aussi le temps des grandes questions! Le mode de portage et la proximité à son enfant questionne dès les premiers mois de grossesse:

Portage physiologique ou poussette?

Lit cododo ou lit à barreau dans sa chambre?

Prendre mon bébé dans les bras ou le laisser dans son lit/parc/transat?


Il n'y a pas de bon ou mauvais mode de portage, ni même de bonne façon d'être parent, il y a simplement le mode de portage et pratiques parentales qui répondent aux besoins de votre enfant et vous!


" Oui mais Flora, tu n'as pas une petite piste à nous donner?" Je vous propose de retracer l'histoire du portage et de faire un point sur les besoins de l'enfant. Après cela je vous pourrais vous questionner sur vos envies et réaliser vos convictions :).


1. Depuis que l'Homme est Homme


Du fait de la vie nomade des populations, les bébés ont toujours été portés et ce depuis la Préhistoire. Pourquoi? Car le portage était alors le meilleur moyen de protéger son petit du froids, des prédateurs et de le garder près de soi.

Plus tard, en Europe, les bébés seront emmaillotés. Cela permettait aux mères de les laisser au chaud et à l'abris des prédateurs dans une bâtisse suspendus à un fil à linge ou de les trans-porter sur le dos tout en travaillant. Nous étions encore loin du portage physiologique dont nous parlons aujourd'hui. Le mettre mot, à l'époque, était "protection" et pour cela l'enfant devait rester immobile.


1.1 XIXème siècle: l'avènement du landau

Les milieux favorisés avaient depuis bien longtemps pour habitudes de laisser leurs enfants à une nourrice qui les allaitaient et veillaient sur eux. C'est finalement au Royaume-Uni que la Reine Victoria mis au goût du jour le landau. Employer une nourrice et promener son enfant en landau étaient alors un signe de richesse et servaient la relation distante entre la mère et son enfant.

Petit à petit, le landau a pris sa place au sein de l'ensemble des foyer pour finalement devenir poussette pliante et devenir la norme dans nos pays occidentaux. Au XXème siècle, les hygiénistes, ont considéré qu'être à proximité de son enfant était vecteur de transmission des maladies. Ils préconiseront l'utilisation des biberons plutôt que l'allaitement et créeront le lait en poudre en 1950.

Au niveau pédagogique, on disait qu'être proche de ses enfants et satisfaire leurs besoins conduisait à donner de mauvaises habitudes, à le gâter.

L'allaitement, le portage et le maternage proximale étaient alors vu comme délétère pour le développement de l'enfant. Il aura fallu quelques années pour se rendre compte qu'ils faisaient fausse route. Toutefois, encore aujourd'hui, 2/3 des bébés sont portés dans le monde!


1.2 Les animaux et le portage


En 1970, le biologiste allemand Bernhard Hassenstein classe les animaux en terme de type de portage. Pour cela il se fie au développement cérébral à la naissance de ces animaux et à leurs caractéristiques physiques et réflexes:

Nous constatons donc deux grandes catégories:

  • Les bébés non portés (nidifuges et nidicoles) qui naissent avec un développement cérébral déjà bien avancé et qui s'autonomise rapidement.

  • Les bébés portés dans une poche ou agrippés à leur mère qui sont dépendant de cette dernière. Leurs cerveaux à la naissent est proportionnellement moins développé à la naissance que ceux de la catégorie précédentes. Etre porté répond donc à un besoin physiologique pour les portés passifs et actifs.


1.2 Et le bébé d'Homme dans tout ça?


Avant les études scientifiques de ce biologiste, l'homme était qualifié à tord de nidicole (développement cérébral quasiment mature à la naissance, autonome très rapidement), ce qui explique l'attitude des parents à l'égard de leurs enfants.


Dans son étude Bernhard Hassenstein classe l'humain dans la catégorie des portés actifs, "c'est-à-dire que le nouveau-né n'est pas capable de tenir tout seul. Il est tributaire du soutien de la mère". En effet le bébé humain naît avec une immaturité de certains organes et sens ce qui explique son besoin de téter fréquente, de contact pour réguler sa température et retrouver ses repères. Notons que le nourrisson naît avec un développement cérébral de 25% par rapport à son développement à l'âge adulte. A 1 an, ce dernier évolue déjà jusqu'à 45%! D'où la nécessité de subvenir aux besoins de l'enfant! Son besoin de continuité, de chaleur, de proximité avec ses parents et donc de portage est Le facteur favorisant un développement harmonieux.


2. Parlons physiologie


Je vous parlais il y a quelques semaines du projet de loi autour des 1000 premiers jours de vie qui vise à accompagner les parents et l'enfant. En effet cette famille en développement se voit bouleversée par l'arrivée d'un enfant. Et ce dernier va vivre le plus grand chamboulement de sa vie le jour de sa naissance. Certains ouvrages parleront de 4ème trimestre de grossesse, celui de l'adaptation à la vie extra-utérine.


2.1 Besoin de repères


A sa naissance, le nouveau-né a alors besoin de recréer une continuité entre son monde intra-utérin et le monde extérieur.

Il a besoin: de chaleur, de contact, d'être dans une position enroulée, d'être bercé, de sentir l'odeur de sa mère ainsi que ses bruits (voix, battements cardiaques, respiration...). Pendant la grossesse, il est en contact permanent avec les parois utérines et vit au rythme de sa maman. Son adaptation à la vie extra-utérine et son développement harmonieux par la suite tient à la satisfaction de ses besoins primaires vus plus tôt.


2.2 Focus sur le développement de la colonne vertébrale

Dans le ventre de sa mère, le bébé est enroulé sur lui même en position foetale, sa colonne est en cyphose totale. Il maintient cette posture à sa naissance, d'où son angoisse (Moro, pleurs, agitation) lorsqu'il n'est pas contenu et enroulé sur lui même. Petit à petit, sa colonne va se modifier. Les cervicales commencent à se redresser (vers 2,3 mois), le bébé peut alors maintenir sa tête seul. C'est ensuite au tour des dorsales de se redresser ce qui permet l'acquisition du retournement et de la position assise. Enfin, ce sont les lombaires qui se redressent permettant la posture debout.

Le développement de la colonne vertébrale est physiologique. Elle ne peut pas être accélérée, mais nous pouvons respecter et accompagner ce développement grâce à nos pratiques au quotidien.


3. Quel mode de portage pour un développement harmonieux ?

Maintenant que nous sommes au clair sur les besoins de portage de l'enfant jusqu'à l'acquisition de la marche et plus, voyons ensemble quel mode de portage est le plus adapté. J'ai réaliser deux tableaux comparatifs. Le premier analyse satisfaction des besoins au regard de la poussette, nacelle, cosy ou encore transat. Le second analyse ces mêmes besoins avec l'utilisation d'une écharpe de portage ou porte pépé physiologique (non préformé). Regardons ce que cela donne:

Nous pouvons observer que le (trans)portage en poussette, nacelle ou utilisation des transats ne satisfait pas les besoins de portage de l'enfant. Ces derniers ne respectant ni la position physiologique de la colonne vertébral, ni le besoin de proximité essentiel au bon développement de l'enfant. Il semble donc préférable de les utiliser avec parcimonie sur de courtes durées.

Quand au portage en écharpe ou en porte bébé (réellement physiologique), il remplit tous les besoins essentiels à l'enfant. Mais là encore, prudence! Le choix de l'écharpe ou porte bébé n'a rien hasardeux. La bonne installation du bébé dans ce mode de portage est essentielle pour assurer la sécurité et le confort du bébé. C'est pourquoi il est préférable de vous renseigner lors de la grossesse, et pourquoi pas de réaliser un atelier portage qui vous aidera à choisir et apprendre à utiliser le moyen de portage adapté à vos besoins et ceux de votre l'enfant.


Nous voyons encore trop de:


N'hésitez pas à chercher un atelier proche de chez vous! Vous trouverais le mode de portage adapté à vos envies, apprendrais à l'utiliser pour un portage serein. Le portage est aussi un moment de partage, d’interaction et de découverte pour l'enfant qui voit le monde à notre hauteur! Vous entourer pour trouver votre mode de portage en prénatal ou postnatal vous évitera des dépenses parfois inutiles et vous assurera un portage tout en sécurité.


Je vous propose, au sein de Au lit Joséphine, des ateliers d'initiation au portage en prénatal et postnatal. Je me déplace dans tout le 56 et plus si besoin! N'hésitez pas à me contacter, ensemble nous dénouerons vos questionnements sur le portage!

Conclusion


L'objectif de cet article n'est pas de diaboliser la poussette ou le transat. L'objectif est de comprendre les besoins physiologique de portage de l'enfant et de choisir le mode de (trans)portage qui lui convient le mieux.

Au vu de ces études et recherches, nous avons compris que le bébé humain doit être porté et être en contact avec ses parents pour son développement cérébral (25% à la naissance, puis 45% à 1 an!) mais aussi postural (développement physiologique de la colonne). Le portage physiologique favorise également la création du lien parent-enfant et donc le développement psychique de l'enfant. Pour se détacher, l'enfant doit d'abord s'être attaché...

C'est pourquoi les bébés s'apaisent et dorment aisément en écharpe. Le portage est aussi un fabuleux moyens de soulager certains maux du bébé: RGO, plagiocéphalie, coliques, difficultés d'endormissement... Il favorise également la bonne mise en place de l'allaitement!

J'espère vous avoir transmis les bien-faits du portage. Non un enfant ne peut pas être trop porté, vous répondez à son besoin physiologique de continuité. C'est grâce à cette proximité que votre enfant prend confiance en lui, apprend à respecter ses besoins et donc ceux des autres par la suite! Soyez convaincu, vous et vous seuls connaissez ce dont votre enfant a besoin!


Portez-vous bien!



361 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout