L'enfant et le temps qui passe

Mis à jour : 8 janv. 2020

Vous le verrez dans la rubrique Do It with Baby, j'aime prendre le temps d'imaginer des activités ou sorties en lien avec les fêtes ou les saisons, à faire avec Joséphine ou en famille. Je trouve que c'est un bon moyen pour partager ensemble et se faire des souvenirs.

Nous prenons alors le temps de profiter de ce moment plus ou moins individuel pour observer le développement des compétences psycho-motrices et affectives de poupette. Une autre notion importante se joue pour nos enfants lors de ces temps privilégiés : l'intériorisation de la notion du temps qui passe.


  1. Commençons par les bases

Le développement de l'enfant est souvent résumé au "psychomoteur", littéralement la tête et les mouvements. Nous devrions pourtant rajouter entre ces mots: psycho-cognitivo-affectivo-moteur. Nous nous rendrions alors peut-être d'avantage compte de la multitudes de bouleversements que vivent nos enfants tout au long de son développement. Comprendre la notion du temps qui passe fait bien sûr partie de ces bouleversements. Mais comme mon correcteur d'orthographe me l'indique, ce terme n'existe pas.


Faisons simple, le développement psycho(cognitivo-affectivo)moteur c'est l'approche corporelle de la personne globale. En clair, ce que nous voyons physiquement du développement psychique/cognitif/affectif de l'individu observé. Vous me suivez toujours?


En pratique, on note trois étapes importantes du développement psychomoteur:


1/ Le corps vécu : la découverte du corps et de ses compétences est engagée par la sensorialité. Le nourrisson, jusqu'à ses 6 - 8 mois se développe grâce aux sensations qu'il vit au quotidien. Exemple: je touche la balle, il y a des couleurs, elle est douce et froide, c'est agréable, elle a mon odeur, elle roule.

2/ Le corps perçu : Vers 8-10 mois, c'est le début de l’organisation de l’information. Le bébé commence à avoir des gestes volontaires et à assimiler le principe de cause à effet. Exemple: je peux prendre la balle, elle est à moi, la faire tourne et quand je la jette fort elle s'éloigne et ne revient pas.

3/ Le corps représenté : l’enfant est alors capable de prendre une distance entre la situation et ses

émotions. Cette phase débute autour de 6 ans. Exemple: La balle s'est éloignée, un autre enfant l'a prise et joue avec. Je peux le laisser jouer et attendre qu'il me l'a rende. C'est toujours ma balle mais je peux partager.


Pour mieux comprendre n’hésitez pas à aller voir la définition du cerveau limbique et son lien avec la gestion des émotions dans l’article sur la communication et les apprentissages!



2. Et la notion du temps qui passe dans tout ça?


Toutes les acquisitions sont soumises aux trois phases décrites plus tôt. Ces phases de développement sont étroitement liées avec le développement cérébral. Quelle machine incroyable!

La perception du temps ne fait pas exception, l’enfant passe d’abord par une phase de « temps vécu » lié à la satisfaction des besoins. C’est la phase du « maintenant tout de suite » où l’attente peut paraître une éternité déchirante. En tout cas Joséphine nous le fait bien comprendre...

Dans un second temps, l’enfant passe dans la phase de « temps perçu ». Vers 10 mois, l’enfant comprend la permanence de l’objet (ce que je ne vois plus existe toujours), c’est donc la notion de

continuité qui pointe son nez. Avant cela, au moment où un objet ou une personne quitte le champ de vision de l’enfant, ce dernier croit que l’objet en question n’existe plus. L’angoisse… A 10 mois, 15 minutes d’attente sont vécues comme 2 heures d’attente. Donc ponctualité est le maître mot!

Troisième et dernière étape: « le temps représenté ». Vers 6 ans l’enfant comprend des notions abstraites comme la notion des jours de la semaine, puis la notion de mois à 7 ans et enfin des saisons vers 8 ans.


3. En pratique


Comme dit en introduction, j'essaie de proposer à Joséphine des activités en liens avec les saisons ou les fêtes qui jalonnent l'année. Par exemple, je profite de la médiathèque pour lui lire des histoires sur le thème de Noël, de pâques, de chaque saisons... Les balades sont aussi de bons moments pour étoffer le vocabulaire et observer comme la nature change au fil du temps. Partager, comprendre et intégrer sans se ruiner. Que demander de plus?

Pour les activités plus créatives, je vous invite à aller fouiller dans la rubrique Do It with Baby!


Conclusion


Vous l’avez compris la perception du temps évolue et se développe, toujours au rythme de l’enfant. Ses émotions sont mises à rudes épreuves! A nous d'accompagner nos petits bouts et de proposer des activités qui les aident à intérioriser ces notions. Objectif : inscrire nos enfants dans le temps réel. Allez c'est parti!

22 vues0 commentaire
  • Noir Facebook Icône

©2019 par Au lit Joséphine!. Créé avec Wix.com